GE, Grand Est

Grand Est

1ere Assises Sciences-Sociétés

mercredi 17 mai / libellé : Sciences et société par Ameline Bunle- Tighedine / Directrice APDGE

LES ASSISES : DÉMONTRER LA RICHESSE ET LE POTENTIEL DES INTERACTIONS SCIENCES-SOCIÉTÉS

Le partage des savoirs, un riche continent trop peu visible

De l’environnement à la santé, de l’aménagement du territoire aux problématiques de développement dans les suds, de l’économie marchande à l’innovation sociale, de l’éducation au numérique, des arts à l’histoire et aux patrimoines, les citoyens interagissent de plus en plus avec le monde des sciences et des techniques, et réciproquement. Ces interactions se manifestent sous des formes très variées : expertises, élaborations de normes, médiation/formation, défrichage de nouveaux terrains, inventaire et construction de bases de données, enquêtes lors de controverses scientifiques, recherche-action participative, etc. Elles contribuent tout à la fois à l’innovation, au progrès social et au développement de nos territoires. Les savoirs acquièrent de ce fait une valeur économique tout autant que sociale et politique - citoyenne et démocratique -, une valeur critique également comme exercice de la curiosité et de mise en doute.

Notre région Occitanie se caractérise par un dense vivier d’acteurs académiques et non académiques regorgeant de compétences scientifiques et d’initiatives sociales. Le bouillonnement scientifique, socioculturel, économique et politique que ces acteurs ont su engendrer à l’interface sciences-sociétés s’ancre dans un tissu de dispositifs de recherche, d’associations et d’entreprises particulièrement riche en termes de rayonnement et d’intégration sociale et territoriale (diffusion des savoirs, création d’emplois, développement territorial...). Insuffisamment mis en valeur, ce capital régional important a besoin d’un soutien significatif et ciblé de la part des institutions publiques pour s’épanouir et se structurer sur tout le territoire, en interaction avec les échelles nationale et internationale. Des partenariats en recherche d’équilibre

Dans une optique de « démocratie participative », les acteurs non-académiques cherchent à promouvoir de nouveaux modes de participation citoyenne aux avancées scientifiques et techniques. Multiples et de tailles diverses, ces acteurs ne disposent cependant pas toujours des leviers d’action nécessaires pour rendre visibles ou développer leurs activités. Les structures de taille et de moyens modestes peinent en outre à se voir reconnaître comme des partenaires à part entière dans les négociations ou dans le quotidien des projets. Plus encore, ces coopérations, faute de reconnaissances mutuelles équilibrées, ne se traduisent pas toujours par un apprentissage réciproque entre les partenaires.

Plus globalement, les coopérations entre acteurs non académiques et académiques sont encore insuffisantes et surtout mal reconnues ; elles peinent également à prendre le virage d’une plus grande mise en cohérence démocratique. Encore trop souvent régies par des visions diffusionnistes ou utilitaristes, elles sont généralement orientées vers les grands « défis sociétaux » définis par le haut (Etat, Europe…), ou bien cantonnées aux seuls domaines de la « valorisation » marchande, de « l’innovation » au service de la compétitivité économique et de l’« acceptabilité » sociale de technologies nouvelles. Au niveau politique, institutionnel et académique, elles suscitent un intérêt tout au plus policé et limité dans son application dans les territoires. Ces lignes de fracture doivent être mises au jour afin de mieux les interroger et d’apporter des solutions concrètes.

LES ASSISES : IDENTIFIER ENSEMBLE DES SOLUTIONS CONCRÈTES À PARTIR DE DIAGNOSTICS PARTAGÉS

Des Assises pour réfléchir ensemble et co-construire

A l’initiative du Réseau Occitanie « Pour une alliances Sciences-Sociétés » constitué autour de la contribution au Schéma Régional Enseignement Supérieur Recherche Innovation (SRESRI) de la région Occitanie, les Assises Sciences-Sociétés qui se tiendront à Montpellier du 3 au 5 juillet 2017, seront un temps de rencontre entre tous les acteurs intéressés par les coopérations autour du partage des savoirs et des pratiques entre univers académiques et non académiques : citoyens, chercheurs, associatifs, entreprises, élus, étudiants, enseignants, ingénieurs, techniciens territoriaux, etc.

Pour ce faire, les Assises s’organiseront autour des objectifs suivants :

Objectifs analytiques

  • Mieux appréhender les enjeux au croisement entre savoirs académiques et savoirs d’action, ainsi que leurs incidences scientifiques, sociales et territoriales.
  • Caractériser la façon dont les acteurs non académiques mobilisent les savoirs universitaires et, réciproquement, comment les savoirs non académiques participent aux travaux scientifiques.
  • Réfléchir aux synergies possibles entre acteurs et communautés thématiques dans la perspective d’une démocratie scientifique et technique dont les finalités soient davantage partagées.

Objectifs applicatifs

  • Comprendre les conditions de succès ou d’échec des projets de coopération entre acteurs non académiques et académiques afin de co-construire des coopérations plus équitables et plus efficaces.
  • Accroître la visibilité des actions à l’interface Sciences-Société (sciences participatives, recherche-action, partenariats public-privé, médiation scientifique, expertises, sciences citoyennes, etc.)
  • Promouvoir la reconnaissance et le soutien de ces actions par les institutions académiques et politiques, en particulier au travers de politiques publiques territoriales ou de site.

Une démarche ouverte et dynamique

L’organisation de ces Assises, dont le comité de pilotage associe acteurs académiques et non académiques, est elle-même cohérente avec cette ambition de co-construction et de collaboration innovantes entre tous les acteurs. De janvier 2017 à avril 2017, la préparation de la manifestation donnera lieu à plusieurs réunions publiques préparatoires associant toutes les catégories d’acteurs concernés (citoyens, chercheurs, associatifs, entreprises, élus, étudiants, personnels administratifs, enseignants, ingénieurs, techniciens territoriaux....) autour de thématiques fédératives. Sont conviés notamment les acteurs de l’éducation populaire, de l’éducation à l’environnement ou au numérique, les acteurs de l’innovation technique et sociale, de la santé ou encore du patrimoine, mais aussi les collectifs artistiques, etc.

Des acteurs non académiques pourront ainsi nourrir les Assises de leurs expériences, de leurs pratiques et de leur créativité en matière d’interactions entre partenaires et avec le public. Ensemble, nous construirons le programme et les différents livrables de ces Assises, de manière ouverte, collaborative et participative, afin de favoriser, dans tous les domaines du savoir, l’expression de la richesse des interfaces sciences-sociétés.

Ces Assises seront ainsi l’occasion de bâtir un cadre collectif efficace et équitable, dans lequel les acteurs non académiques ne seront ni écartés a priori, ni réduits à de simples outils, objets de recherche ou de marché, mais sujets à part entière de l’interface sciences-sociétés. Réciproquement, les acteurs académiques ne seront ni aux ordres, ni hors de la société, mais en résonance avec elle.

Réagissez !

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Trouver une association près de chez vous

Alsace Aquitaine Auvergne Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Bourgogne-Franche-Comté Île de France Occitanie Limousin Grand Est Midi-Pyrénées Hauts de France Normandie Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d'Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Réunion

RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Mentions légales | SPIP