GE, Grand Est

Grand Est

Remettre l’humanisme et le progrès scientifique au cœur de notre projet associatif

jeudi 6 février 2014 / libellé : Solidarités par Ameline Bunle- Tighedine / Directrice APDGE

Dans ces temps où la peur et la défiance rongent et divisent notre société il est important qu’un mouvement comme le notre puisse réaffirmer son attachement aux valeurs qui le fondent : le progrès, l’humanisme, l’intérêt général, la solidarité, l’égalité et l’intelligence.

Nous sommes une association reconnue d’utilité sociale, nos modes de fonctionnement coopératif et de réseau sont basés sur le fait que la parole de chacun a une importance. Nous croyons en l’intelligence et en la capacité d’agir des enfants, des jeunes, de tous. Nos pédagogies inspirées de l’éducation nouvelle en sont le fruit, la démarche expérimentale sert de point support à la mise en débat, à l’éveil de l’esprit critique... A la citoyenneté.

Nous co-construisons ensemble des savoirs à partir de ces expérimentations et nous avons depuis peu créé les moyens de les stabiliser avec l’ouverture d’un master 2 avec le CNAM qui nous permet de capitaliser sur nos pratiques éducatives, à partir de nos éditions qu’elles soient numériques (wikidébrouillards), bibliographiques (Albin Michel, la découverte...) ou sur d’autres supports comme des émissions audiovisuelles (jus de citron sur Tébéo, le magasine de c’est pas sorcier....). Nous avons également participé à plusieurs recherches actions (avec l’IFRIS, le LISEC..), nous nous sommes associés à la naissance du laboratoire Scité de l’Université Lille 1 qui associe chercheurs universitaires et acteurs sociaux. Nous devrons poursuivre dans ce sens afin de stabiliser, affiner, faire évoluer nos constats et hypothèses de travail et les mettre au service de tous.

Un programme comme "Engage toi dans le grand Nancy" fait la part belle à cette vision, il permettra à terme à 100 jeunes de l’agglomération en décrochage universitaire ou "errance" (période de doute sur leur choix professionnel ) de s’investir au service de leur collectivité et de leurs concitoyens. Mais il ne s’agit pas là uniquement d’un investissement charitable de temps et d’énergie. Il s’agit d’un engagement de partage de connaissance, de partage de savoir dans une volonté de construire ensemble une société de la connaissance, de créer des passerelles solides et actives entre Sciences, Société, Structures de l’EESS. La valorisation de cet engagement, de ces actions est primordiale. Nous faisons le pari qu’elle permettra avec le temps de redonner confiance dans le partage, de mettre de la valeur à l’engagement cognitif et social.

Il en va de même avec le programme "Ado tuteur" qui encourage la capacitation des jeunes sur leur territoire de vie, l’identification des enjeux socio-scientifiques et le développement de l’esprit critique.

Comment ne pas agir face au dramatique constat d’échec du système éducatif excluant chaque année près de 150 000 de nos jeunes qui sortent sans qualification ? Comment ne pas agir quand, dans le même temps, plus du tiers des diplômés, soit 250 000 jeunes, sortent de l’enseignement supérieur pour être sous-employés ou pour commencer directement leur vie active par une période de chômage ? Cela constitue un inadmissible gaspillage social.

Notre société doit prendre conscience que ses jeunesses sont capables, plus que jamais informées, intelligentes, responsables et engagées. Et si cette société ne leur laisse pas prendre de place, nous avons le devoir d’aider ces jeunesses à la prendre.

Les politiques ne traitent le problème de l’empowerment que d’un point de vue économique, en stimulant les pouponnières d’entreprises, les concours d’innovation, les démarches d’auto-entreprise, où seul le business plan a de l’importance.

Nous pensons qu’une autre voie existe : celle qui innove pour et par l’économie sociale, par une économie de la connaissance libre et partagée, par la solidarité.... Une économie de proximité portée par des valeurs et de l’engagement citoyen... Nous pensons que l’argent public doit stimuler et accompagner ces initiatives et ces envies collectives de coopération humaine de manière beaucoup plus forte que celles qui n’ont comme seul objectif que la maximisation du profit financier au bénéfice de quelques uns. L’argent public doit aussi soutenir l’innovation dans ce domaine et permettre l’accès de ces structures à des partenariats de recherche.

Se donner les moyens d’agir ensemble au service de tous de manière solidaire, est une façon de remettre l’humanisme et le progrès scientifique au cœur de notre projet associatif.

Ameline Bunle, 6 février 2014.

Réagissez surhttp://www.projetasso-apdge.org

Références documentaires : Médiapart 26 mars 2013 "Pour réintégrer les jeunes exclus de la République" article co écrit par Thibault Renaudin, secrétaire général de l’Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev) et François Deroo, directeur de l’Association française des petits débrouillards http://blogs.mediapart.fr/edition/les-batailles-de-legalite/article/260313/pour-reintegrer-les-jeunes-exclus-de-la-republique

Réagissez !

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Trouver une association près de chez vous

Alsace Aquitaine Auvergne Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Bourgogne-Franche-Comté Île de France Occitanie Limousin Grand Est Midi-Pyrénées Hauts de France Normandie Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte d'Azur Rhône-Alpes Guadeloupe Réunion

RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Mentions légales | SPIP